jeudi 17 janvier 2008

Anne Perrier

Coeur

La poésie limpide d'Anne Perrier m'accompagne depuis des années.

ô frère où déposer notre ombre
Si c'était là l'éternité
plus aucune boussole plus rien
qui retienne le cœur de se perdre
dans l'étincellement des vents

Anne Perrier
Les Noms de l’arbre

2 commentaires:

Voltuan a dit…

Merci à vous d'évoquer la présence touchante et vive d'Anne Perrier, qui nous ravit par sa luminosité, sa simplicité, sa chaleur !

Catherine a dit…

Je suis heureuse de croiser quelqu'un qui la connaisse et qui l'aime. ce n'est pas si fréquent,