vendredi 7 septembre 2012

Est-ce que tu m'aimeras encore ?

une belle chronique  aujourd'hui sur Ricochet


Est-ce que tu m'aimeras encore ?

EST-CE QUE TU M'AIMERAS ENCORE ?

AUTEUR : CATHERINE LEBLANC
ILLUSTRATEUR : EVE THARLET
EDITEUR : MINEDITION
Avril 2012 - 14 Euros
Album à partir de 5 ans
ISBN : 9782354131630
THÈMES : AMOURRELATION MÈRE/ENFANT,APPRENTISSAGE DE LA VIEAFFIRMATION DE SOI

L'AVIS DE RICOCHET

Martin, un ourson revient tout agité de son jeu et un peu honteux : il a déchiré son manteau ! Une telle bêtise est-elle susceptible de rompre l’amour maternel ? Un tendre dialogue s’instaure entre Maman Ourse, énorme, tantôt placide, tantôt fatiguée et son ourson qui ne tient pas en place. Construit sur une gradation, Martin envisage des bêtises de plus en plus grosses : « si j’abîme toutes mes affaires », « si je travaille mal à l’école », « si je casse toute la maison ». A chaque fois Maman Ourse réplique au futur de certitude « je t’aimerai encore » tout en affirmant qu’elle réagirait. Il ne s’agit donc pas de tout absoudre mais d’affirmer, au-delà de l’apprentissage nécessaire des règles et des limites, la permanence de l’amour maternel. En parallèle à ce dialogue, court la métaphore du fil qui relie, se rompt, se noue, répare les déchirures, belle image du temps qui court et du fil de la vie. La deuxième partie est encore plus délicate. Martin a-t-il le « droit » de ne plus aimer sa maman, d’aimer quelqu’un d’autre ? Et si elle mourait ? Avec constance, amour et humour, Maman Ourse affirme indestructible le lien mère-fils. On comprend à travers texte et image que le souci de Martin provient de la perspective d’une naissance proche qui le fragilise, mais rassuré il s’élance vers l’extérieur.
Un album tout en douceur, pout engager le dialogue, aider parents et enfants à exprimer leur attachement réciproque, sa continuité au-delà de l’absence. La limpidité du texte, le contrepoint de l’image qui se joue des perspectives, créent le mouvement de Martin et la sérénité assumée de Maman. Tout contribue à créer un espace de parole où chacun pourra inscrire ses mots, voire ses maux.

Danielle Bertrand
VOIR LA CHRONIQUE DE DANIELLE BERTRAND

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour, je suis enseignante en GS et ma classe participe cette année au "Livre Elu en Livradois Forez", c'est donc par ce biais que j'ai découvert votre merveilleux album. Ma première lecture a été pour mon fils et je n'ai pu retenir mes larmes en lui lisant... Mes élèves ont été également très émus et se sont immédiatement identifiés à Martin. Beaucoup de questions ont été soulevées, un échange très riche avec eux. Merci. Adeline Durantin (enseignante à Lezoux)

catherine leblanc a dit…

Merci Adeline, votre message me touche beaucoup.